Bienvenue dans les plus beaux hôtels de plein air

Les remparts de Saint Malo

Que faire à Saint-Malo ?

15

Lancé en 2011, le Blog du Voyage devait être le carnet de route d’un tour du monde de 7 ans. C’est très vite devenu mon activité principale, un espace où raconter des histoires, des portraits, donner des conseils et partager des coups de cœurs, coups de gueules en tout genre, glanés au fil d’une route sur laquelle je me balade neuf mois par an.

Il y a deux ans, une amie bretonne m’a proposé de découvrir le Sentier des Douaniers. Un rêve de gamine qu’elle voulait enfin commencer ; 1 800 km de marche au bord de l’océan atlantique, le long de la Côte d’Emeraude (qui, après vérification, porte vraiment bien son nom) et des falaises escarpées typiquement bretonnes. Sur le chemin, entre deux criques et trois Kouign Amann, il y avait un arrêt incontournable : la ville de Saint-Malo.

Les remparts de Saint Malo

Incontournable à cause de l’imaginaire qu’elle m’évoquait : les histoires de marins, d’explorateurs et de corsaires qui ont fait la gloire de la ville (Jacques Cartier, Surcouf, Duguay-Trouin …) me fascinent. Et, en visitant la ville, je n’ai pas été déçu.

On commence forcément la visite par la vieille ville, et par les remparts, construits au XVIIIe siècle par un architecte de Vauban. Il s’agit d’une balade d’heure autour de Saint-Malo « intra-muros », la vieille ville où la pierre et les demeures de Corsaires semblent avoir des millions de petites anecdotes historiques à conter. Marcher sur les remparts de Saint-Malo est une partie mémorable du Sentier des Douaniers : on y troque volontiers le bivouac de camping pour quelques huîtres de Cancale, suivies d’une galette de sarrasin, le tout avalé en regardant les marées permettre (ou interdire) l’accès au tombeau de Chateaubriand, sur l’île du Grand Bé.

Ensuite, les gourmands continueront à explorer les boulangeries et les pâtisseries à la recherche du meilleur Kouign Amann de France qui, dit-on, se trouverait quelques part à l’abri des remparts. Pour faire passer le beurre (salé), on peut rajouter encore plus de beurre (salé) en prenant quelques gavottes et un petit Craquelin de Saint-Malo pour la route. Les autres pourront faire de la pêche à pied, à marée basse, et partir à la recherche de coques, moules, crabes et palourdes, aux pieds des remparts ; ou, si la marée est haute, siroter un petit espresso en regardant les vagues s’écraser majestueusement contre les digues et la roche.

Baie des corsaires à Saint Malo

Pour ma part, étant un grand amoureux des beaux bateaux, c’est une balade dans la Baie des Corsaires qui m’a le plus fait rêver. Un peu moins de trois heures sur un sardinier, à pouvoir admirer les remparts imposants de Saint-Malo d’un côté, et laisser vaguer ses pensées en se perdant sur l’horizon de l’océan.

Plage de Saint Malo

On aurait pu aussi jeter un oeil à la maison des poètes et des écrivains ; suivre un conteur à travers toute la ville de Saint-Malo lors d’une promenade littéraire ; se perdre dans une boutique Armor Lux ; ou encore, dîner dans une Malouinière, ces anciennes maisons de capitaines typiques où le goût de la mer et des aventures se transmettait sur plusieurs siècles de générations.

La baie de Saint-Malo

On aurait pu … Mais, pour ma part, j’ai préféré repartir marcher le long du littoral, en troquant le confort des restaurants gastronomiques pour un petit camping tranquille. Admirer les remparts malouins s’illuminer dans la nuit, depuis un rivage lointain, en s’imaginant explorateur ou corsaire revenant dans sa ville natale, c’est chouette aussi.

Merci. Votre avis a bien été pris en compte.
Problème : vous avez déjà voté pour cet article.
Avez-vous trouvé cet article utile ?